extension


extension

extension [ ɛkstɑ̃sjɔ̃ ] n. f.
• 1361; bas lat. extensio, de extendere « étendre »
1Didact. Action de se développer dans le sens de la longueur; son résultat. « Une matière ductile qui par son extension devient un filet herbacé » (Buffon). allongement, croissance, développement. Extension mécanique, par traction.
Cour. Mouvement par lequel on étend un membre. déploiement. Mouvements d'extension et de flexion.
Méd. Traction mécanique opérée sur une partie luxée ou fracturée pour la ramener à sa position naturelle. Après l'opération on pratiquera l'extension de la jambe à l'aide de poids.
Techn. Calcul de la résistance à la rupture par extension. Ressort en extension.
2Action de donner (à qqch.) une plus grande étendue dans l'espace; fait de s'étendre dans l'espace. augmentation. L'extension du volume d'un corps. dilatation. Extension d'un sinistre, d'une épidémie. développement, propagation. « Les foyers d'infection sont en extension croissante » (Camus).
Fig. Action de prendre plus d'importance, d'ampleur. L'extension de son pouvoir, de son autorité. Donner de l'extension à une affaire. « La maison avait bientôt pris une extension considérable » (A. Gide). essor, expansion.
Ce qui résulte de cette action. « Le groupe social était une extension de la famille » (Renan). prolongement.
3Action de donner à qqch. une portée plus générale, la possibilité d'englober un plus grand nombre de choses. Extension donnée à une loi, à une clause de contrat.
Inform. Extension de la mémoire d'un ordinateur.
4Log. Ensemble des objets concrets ou abstraits auxquels s'applique un concept, une proposition (ensemble des cas où elle est vraie), un signe, un nom (ensemble des objets désignés; étendue) ou une relation (ensemble des systèmes qui la vérifient) (opposé à compréhension, intension). dénotation. La notion de jaune, le mot « jaune », a moins d'extension et plus de compréhension que celle de couleur, que le mot « couleur ».
Ling. Le fait d'acquérir une plus grande extension logique, de s'appliquer à plus d'objets (pour un mot). Par extension : par une application à d'autres objets (opposé à spécialisation). ⇒aussi analogie.
Math. Ensemble défini en extension, défini par l'énumération de tous ses éléments.
5Philos. L'étendue considérée comme qualité.
⊗ CONTR. Contraction, diminution, rétrécissement.

extension nom féminin (latin extensio, -onis, de extendere, étendre) Action d'étendre un objet, un muscle, le corps ; allongement : L'extension d'une plaque de métal au laminoir. L'extension des bras. Action de reculer les limites de quelque chose, d'agrandir, d'accroître l'étendue de quelque chose : L'extension d'un pays hors de sa zone d'influence. Augmentation d'importance, accroissement en volume, en étendue : L'extension des pouvoirs du président. Géologie Synonyme de distension. Informatique Augmentation de la capacité d'un organe d'un système informatique, tout particulièrement des mémoires. Linguistique Faculté qu'a un signe linguistique de dénoter un nombre plus ou moins grand d'objets ; classe des objets dénotés par un signe linguistique. Logique Champ à l'intérieur duquel un concept, un langage, une théorie prennent exclusivement leur référence et leur signification. Télécommunications En Belgique, poste téléphonique dépendant d'un central d'entreprise. ● extension (difficultés) nom féminin (latin extensio, -onis, de extendere, étendre) Orthographe Expansion :avec un a, comme épandre. Extension : avec un e, comme étendre. ● extension (expressions) nom féminin (latin extensio, -onis, de extendere, étendre) En extension, dans une position tendue, en parlant du corps, d'un membre, d'un muscle, d'un ressort, etc. ; en progrès, en développement, en parlant d'une activité, d'un secteur, etc. Prendre de l'extension, voir son importance, son étendue augmenter. Extension de sens, modification du sens d'un mot qui, par diverses associations d'idées, acquiert une plus grande polysémie. Définition par extension, opération qui consiste à spécifier tous les objets ayant des caractéristiques qui tombent sous un concept, par opposition à la définition en compréhension. Extension d'un corps k, tout corps K tel que k est un sous-corps de K. (On dit aussi que K est un sur-corps de k.) ● extension (synonymes) nom féminin (latin extensio, -onis, de extendere, étendre) Action d'étendre un objet, un muscle, le corps ; allongement
Synonymes :
Action de reculer les limites de quelque chose, d'agrandir, d'accroître l'étendue...
Synonymes :
- développement
Augmentation d'importance, accroissement en volume, en étendue
Synonymes :
- élargissement
Contraires :
- rétrécissement
Logique. Champ à l'intérieur duquel un concept, un langage, une théorie...
Contraires :
- compréhension
Synonymes :
- Géologie. distension

extension
n. f.
d1./d Action d'étendre, de s'étendre; son résultat.
|| PHYSIOL Mouvement déterminant l'ouverture de l'angle formé par deux os articulés.
|| MED Mise en extension: méthode d'immobilisation des fractures.
d2./d Augmentation de dimension. Extension en largeur.
d3./d Fig. Développement, accroissement. Extension d'une industrie.
|| LING Acception plus générale donnée au sens d'un mot. C'est par extension que l'on dit d'un son qu'il est éclatant.
d4./d LOG Extension d'un concept, ensemble des objets auxquels il s'applique (par oppos. à compréhension). L'extension de "vertébré" est plus grande que celle de "mammifère" et plus petite que celle de "animal".
d5./d (Belgique) Extension (téléphonique): poste intérieur dépendant d'un central téléphonique.

⇒EXTENSION, subst. fém.
I. A.— Rare. (Quasi-)synon. étendue. Extension en largeur, longueur et profondeur (Ac. 1835, 1878). Le chêne d'Antin, vu à distance paraît médiocre. Sa forme est régulière; la masse des feuilles est proportionnée au tronc et à l'extension des branches (DELACROIX, Journal, 1857, p. 37). Le tonnage d'un gisement est donné par le produit de son extension en longueur, de son étendue en profondeur, de sa puissance moyenne et de sa densité (BRESSON, Manuel prospect., 1923, p. 237) :
1. ... l'émotion ne survit (...) pas généralement, ou tant s'en faut, à la disparition de ses causes externes (...). Au contraire, le sentiment déborde l'extension temporelle de son occasion externe autant par le passé que par l'avenir.
VUILLEMIN, Essai signif. mort, 1949, p. 116.
Au fig. (Quasi-)synon. ampleur, importance, portée. La vie la plus intense, c'est celle qui a le plus d'extension (BLONDEL, Action, 1893, p. 287). Il peut sembler (...) que le champ de l'émotion (...) est dangereusement étendu, et pourtant cette connexion de l'émotion à la passion est seule capable de donner une exacte mesure de l'extension de l'émotion (RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 261).
En partic., MUS. Écart entre le son le plus grave et le son le plus aigu. Synon. étendue. Ce n'est pas avec une voix également argentine et inaltérable dans toutes les notes de son extension que l'on obtient le chant vraiment passionné (STENDHAL, Rossini, 1823, p. 143).
B.— Action d'étendre, de s'étendre; résultat de cette action.
1. [L'extension correspond à un allongement qui peut n'être que temporaire, le corps retrouvant ses dimensions, son étendue premières]
a) [En parlant du corps, d'une partie du corps d'une pers., d'un animal]
) Action de déployer, de développer dans une ou plusieurs de ses dimensions ce qui est plié, contracté, resserré; résultat de cette action. Extension horizontale et latérale des bras; extension du buste, du cou. Ô perversité de ce siècle de décadence! meugla le gros réjoui de président en relevant ses petits bras de toute l'extension dont ils étaient susceptibles (NODIER, Fée Miettes, 1831, p. 129). Lorsque la trompe est à l'état d'extension, sa partie étroite (...) présente à son extrémité une ouverture (PERRIER, Zool., t. 2, 1897, p. 1348). L'extension du vagin à l'instant de l'accouchement (CUVIER, Anat. comp., t. 5, 1805, p. 123).
En partic.
PHYSIOL. [En parlant d'un muscle] Action d'étendre deux extrémités en sens contraire. Extension d'un muscle. Anton. contraction. La contraction, ou l'extension produit tous les mouvements que les membres peuvent exécuter. (...) je me sers du mot d'extension (...) parce qu'il est (...) prouvé que l'état des fibres, alternatif et opposé à celui de contraction, n'est pas toujours (...) un état passif (CABANIS, Rapp. phys. et mor., t. 2, 1808, p. 290).
CHIR. ,,Manœuvre chirurgicale manuelle ou instrumentale visant à ramener les fragments d'une fracture ou l'extrémité d'un membre luxé dans une position permettant la consolidation du membre sans raccourcissement ou sans déviation anormale`` (Méd. Biol. t. 2 1971). Appareil à extension; extension continue. La réduction [des fractures] fut horriblement douloureuse. Il fallut pratiquer l'extension du membre dont les os avaient légèrement remonté les uns sur les autres (E. DE GONCOURT, Zemganno, 1879, p. 237).
MUS. Écartement plus grand donné à un doigt pour atteindre, sur certains instruments, les notes les plus élevées. Notes faites par extension. Les joueurs de violon (...) n'osaient faire l'ut, par extension avec le petit doigt sur la chanterelle (GRILLET, Ancêtres violon, t. 2, 1901, p. 86). On évitera les exercices d'extension à main immobile, pendant lesquels les doigts restent crispés sur le clavier dans une position anormale (A. CORTOT, Techn. pianist., 1928, p. 60).
) [En parlant d'un membre] Mouvement par lequel deux parties d'un membre tendent à se placer dans un même axe longitudinal. Anton. flexion. L'avant-bras de l'homme se meut sur le bras par un seul mouvement de flexion et d'extension (CUVIER, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 292). Ce n'était que des développements gymnastiques, des extensions de bras, des ploiements de jambes (E. DE GONCOURT, Zemganno, 1879, p. 68).
En partic., SP. ,,Action de se détendre sur ses skis`` (GAUTRAT Ski 1969). Avancée, intermédiaire, recul en extension. Anton. flexion. L'extension [du skieur] provoque un allégement de son poids sur la neige (...). L'extension peut être aussi un mouvement compensateur permettant le dosage de la pression des skis sur la neige (GAUTRAT Ski 1969).
b) TECHNOL. [En parlant d'un corps solide possédant un certain degré d'élasticité] Action mécanique qui étire un corps en écartant les unes des autres les molécules qui le composent; résultat de cette action. Effort d'extension; extension simple. Anton. compression. La résistance à la rupture par extension des matériaux [des maçonneries] est loin d'être égale (...) à la résistance à la rupture par compression (DEGRAND, RÉSAL, Ponts en maçonnerie, 1887, p. 26). Supposez un élastique que vous tireriez de a en b; pourriez-vous en diviser l'extension? (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 308).
2. [L'extension correspond à un accroissement des dimensions gén. définitif]
a) [Extension du corps en lui-même]
[En parlant d'un tissu cellulaire animal ou végétal, d'une pers., d'un organisme vivant] Action d'accroître, de s'accroître; de prendre plus d'importance, de s'agrandir. Jacques, frêle jeune homme de dix-sept ans, de qui la tête avait grossi, dont le front inquiétait par sa rapide extension (BALZAC, Lys, 1836, p. 243). Mécanisme de l'extension des tissus conjonctifs. Les tissus conjonctifs montrent une très grande capacité de croissance sous leurs formes jeunes (POLICARD, Histol. physiol., 1922, p. 201).
Au fig. Action d'accroître, de donner plus d'importance, d'ampleur. Synon. développement. L'introduction du cheval dans les plaines de l'Amérique du Nord (...) fut une sorte de crise dans la vie des indigènes. Certaines tribus (...) durent à la mobilité qu'il leur procura, une supériorité d'attaque et une extension subite de puissance (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 206) :
2. Lettre d'un congrès belge, me proposant d'adhérer à Hanotaux et à beaucoup d'autres salauds pour « l'extension et la culture de la langue française ». Je réponds, sur l'imprimé, que le mendiant ingrat adhère à l'extension et à la culture de l'imbécillité contemporaine (...) et qu'il envoie zéro franc pour sa cotisation.
BLOY, Journal, 1905, p. 266.
Dans le domaine de l'écon., du comm. Accroissement important et rapide. (Quasi-)synon. essor. M. Walter (...) continuait à diriger et à surveiller avec sollicitude son journal qui avait pris une extension énorme (MAUPASS., Bel-Ami, 1885, p. 362). Elle prend intérêt aux occupations de son mari, qui la tient au courant de toutes ses affaires. Elles ont pris beaucoup d'extension cette année (GIDE, Porte étr., 1909, p. 554) :
3. Dès le commencement du 19e siècle on s'aperçut que la masse des prolétaires allait augmenter considérablement, par double cause, par influence de la vaccine, qui préserve les enfans du peuple, et par extension des manufactures dépréciatives, qui réduisent le salaire de l'ouvrier...
FOURIER, Nouv. monde industr., 1830, p. 8.
b) [Extension par développement dans l'espace; par englobement d'éléments, d'objets qui n'étaient pas inclus primitivement]
) Action de donner à quelque chose plus d'ampleur en l'étendant, en le développant dans l'espace; accroissement spatial. Extension géographique, territoriale; aire d'extension. C'était [Antioche] une ville de plus de cinq cent mille âmes, presque aussi grande que Paris avant ses récentes extensions (RENAN, Apôtres, 1866, p. 215). Il espérait (...) étendre son front jusqu'à la Somme; mais cette extension ne serait que progressive et lente (FOCH, Mém., t. 2, 1929, p. 23) :
4. Cette diffusion générale de l'espèce humaine s'effectua par des voies que nous n'avons pas le moyen de retracer. (...) il faut que l'humanité ait trouvé devant elle de vastes espaces continus pour se répandre. Un morcellement insulaire eût été incompatible avec les déplacements que suppose cette extension.
VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921, p. 27.
Spéc. Accroissement, augmentation des possibilités par adjonction de dispositifs, d'appareils supplémentaires; les dispositifs ajoutés. Extension du réseau téléphonique, des voies de communication. L'extension du réseau des voies ferrées n'est pas près de s'arrêter (VIDAL DE LA BL., Princ. géogr. hum., 1921 p. 252). Ils ont donné toute l'extension désirable à la gare Maritime et porté à 10 m 70 par les draguages persévérants, la profondeur d'eau de mouillage à marée basse (SARTRE, Nausée, 1938, p. 111).
) Accroissement par augmentation du nombre d'individus composant une société humaine, animale, etc.; ensemble des éléments composant un groupe. La nouvelle colonie, grâce aux principes polygames du mormonisme, prit une extension énorme (VERNE, Tour monde, 1873, p. 156). La corporation doit prendre la même extension. Au lieu d'être limitée aux seuls artisans d'une ville, elle doit s'agrandir de manière à comprendre tous les membres de la profession, dispersés sur toute l'étendue du territoire (DURKHEIM, Divis. trav., 1893, p. XXVI). Il faudra veiller à ce qu'ils [les cyprins] ne prennent pas une trop grande extension, car ils font périr les autres poissons de nos eaux douces (COUPIN, Animaux de nos pays, 1909, p. 209).
c) Au fig. Action de donner à quelque chose plus d'ampleur, d'englober un plus grand nombre d'éléments. Extension de l'autorité, du droit de suffrage, des privilèges. Les agens du gouvernement, (...) forts de l'ascendant que l'autorité leur prête, parviennent trop souvent à faire décider en leur faveur les obscurités des lois fiscales, (...) ce qui équivaut à une extension de l'impôt (SAY, Écon. pol., 1832, p. 509). Ses travaux [de Van Bever] prenaient de plus en plus d'extension, drames, vaudevilles, comédies, nouvelles (LÉAUTAUD, Amours, 1906, p. 258) :
5. Les derniers siècles qui se sont écoulés ont aussi donné à la sphère du goût d'importantes extensions : la découverte du sucre et de ses diverses préparations, les liqueurs alcooliques, les glaces, la vanille, le thé, le café, nous ont transmis des saveurs d'une nature jusqu'alors inconnue.
BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 34.
3. Prolongement; action de prolonger dans le sens de la longueur; ce par quoi se prolonge une chose; ce qui prolonge la partie principale d'un corps. Elle [la verge] est contenue dans un fourreau qui n'est qu'une légère extension de la peau du ventre (CUVIER, Anat. comp., t. 5, 1805, p. 64). Pour un oiseau le plumage (...) n'est pas seulement un ornement de sa beauté, mais une extension de son corps (PROUST, Guermantes, 1920, p. 57) :
6. Au point de vue de celui qui agit, l'outil en main, l'action traverse comme un unique médiateur organique l'organe prolongé par l'outil; l'attention est principalement dans le pragma, secondairement dans le couple indivisible organe-outil, aperçu comme une extension de l'organe.
RICŒUR, Philos. volonté, 1949, p. 199.
Au fig. Une seule chose m'a ému [au cimetière], c'est de voir dans le petit enclos un tabouret de jardin (pareil à ceux qui sont ici) et que ma mère (...) y a fait porter. C'est une communauté entre ce jardin-là et l'autre, une extension de sa vie sur cette mort et comme une continuité d'existence commune à travers les sépulcres (FLAUB., Corresp., 1852, p. 35).
II.— En partic.
A.— PHILOSOPHIE
1. SCOLAST. Qualité des corps d'être situés dans l'espace et d'en occuper une partie. Extension des corps dans l'espace. Synon. étendue. Selon lui [Descartes], l'extension est une qualité invariable (car Descartes n'admet pas l'existence du vide) (LEGRAND 1972). Les scolastiques considèrent l'extension comme la propriété qu'a un corps d'occuper un certain espace (THINÈS-LEMP. 1975).
2. ,,Fait d'étendre une opération de pensée, ou une énonciation, à des objets auxquels elles ne s'appliquaient pas précédemment`` (LAL. 1926). Nos premiers jugements prennent un caractère de fixité, de nécessité absolue, qui détermine leur extension à une multitude de cas particuliers (MAINE DE BIRAN, Influence habit., 1803, p. 174). Il importe (...) de se demander si l'extension que l'on fait du principe de la conservation de la force à tous les corps de la nature n'implique pas elle-même quelque théorie psychologique (BERGSON, Essai donn. imm., 1889, p. 120).
LING. SÉM. Fait de donner à un mot (par généralisation et abstraction) outre son sens premier (original et spécifique) un sens secondaire plus général; la relation entre le sens de base et le(s) sens secondaire(s) étant motivée. Extension de la signification d'un mot; mot qui subit une extension. L'ambiguïté doit être encore distinguée de l'extension sémantique : la plupart des expressions ont une signification très générale, qui leur permet de décrire des situations très différentes (DUCROT, TODOROV, Dict. encyclop. des sc. du lang., Paris, Seuil, 1972, p. 303).
Extension de morphème. ,,Processus par lequel la langue isole une partie du mot pour la faire servir à la formation d'un mot nouveau à la manière d'un suffixe; ainsi quand des mots du type port-ier, lait-ier on tire un faux suffixe -tier qui sert à former ferblan-tier, clou-tier, etc.`` (MAR. Lex. 1951).
Cour. Ensemble des valeurs ou nuances sémantiques d'un mot. Synon. acception (cf. ce mot I). Je te vois de là ouvrir de grands yeux et te demander comment je fais pour partir. Voici (...) les raisons qui m'ont décidé (...) j'ai besoin de prendre l'air, dans toute l'extension du mot (FLAUB., Corresp., 1849, p. 86).
B.— LOGIQUE
1. ,,Ensemble des objets (réels ou idéaux, concrets ou abstraits) auxquels s'applique un élément de connaissance; c'est-à-dire : 1° pour un concept : ensemble des objets qu'il peut désigner (dont il est l'attribut); 2° pour une proposition; ensemble des cas où elle est vraie; 3° pour une relation : ensemble des systèmes de valeurs qui la vérifient`` (LAL. 1926). Ces idées très-composées vont toujours renfermant un plus grand nombre d'individus, ce qui constitue leur extension, mais un moindre nombre de circonstances de chacun d'eux, ce qui constitue leur compréhension (DESTUTT DE TR., Idéol., 1801, p. 106). La compréhension et l'extension des idées sont en raison inverse l'une de l'autre (HAMELIN, Élém. princ. représ., 1907, p. 1).
En partic., LOG. DES CLASSES et SÉM. [Concernant un terme, un prédicat] Classe des objets auxquels un terme s'applique. Anton. compréhension. L'extension s'oppose corrélativement à la compréhension. Par exemple, le mot apode s'applique en extension aux serpents (...), mais le mot serpent ne se relie au mot apode qu'en compréhension (car il y a d'autres animaux apodes qui ne sont pas des serpents) (LEGRAND 1972).
Définition par extension. Qui énumère explicitement les éléments, tous et uniquement ceux qui appartiennent à une classe déterminée (d'apr. Ling. 1972). Synon. définition extensionnelle.
2. ,,Ensemble d'objets ou d'individus considérés dans une opération logique`` (LAL.). L'extension du prédicat, dans une proposition, peut n'être qu'une partie de son extension totale (ibid. 1926).
3. ,,Caractère qu'a une proposition d'être singulière (soit singulière proprement dite, soit collective), ou plurielle; et si elle est collective ou plurielle, d'être plus ou moins générale`` (LAL.). Anton. quantité. On peut donner le nom d'extension des jugements à la propriété qu'ils ont d'être singuliers, collectifs, ou généraux (plus ou moins généraux ou spéciaux) (GOBLOT, Logique, cité par LAL.).
Rem. La docum. atteste a) Extensionnaliste, adj. Qui concerne la nature de l'attribution d'une intension. Anton. intensionnaliste. La thèse extensionnaliste affirme que l'attribution d'une intension, sur la base de l'extension déjà déterminée, n'est pas une question de fait, mais une simple affaire de choix (Carnap ds A. REY, Théorie du signe et du sens, Lectures II, Paris, Klincksieck, 1976, p. 90). Emploi subst. (ID., ibid., p. 91). b) Extensionnel, elle, adj. ) Définition extensionnelle (cf. supra II B 1). On opposera les signes pour lesquels la définition extensionnelle est impossible (par exemple les pronoms, et tous les mots qualifiés d'« embrayeurs »...) (A. REY, Remarques sémantiques ds La Sémantique, Langue française, Paris, Larousse, 1969, p. 17). ) Qui concerne la valeur de vérité d'une fonction (cf. supra II B 1). Anton. intensionnel. La sémantique intensionnelle ferait (...) partie de la pragmatique et les conditions d'adéquation pour la sémantique extensionnelle, qui dérivent de son rapport avec la sémantique intensionnelle (...) ne pourraient (...) être formulées qu'en pragmatique (APOSTEL, Syntaxe. Sémantique et Pragmatique in Log. et connaissance sc. ds Encyclop. de la Pléiade, 1969, p. 302). c) Extensionnellement, adv. (cf. Rey, ibid., p. 17). d) Pour extensomètre, v. -mètre.
Prononc. et Orth. :[]. Cf. é-1. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin XIIIe-début XIVe s. estension des membres (Secrets d'Aristote, Richel. 571, f° 130c ds GDF.); 1377 extension « étendue » (ORESME, Livre du ciel et du monde, éd. A. D. Menut, II, 1, f° 66e, p. 270); 2. a) 1643 « élargissement du champ d'application (d'un contrat) » (PATRU, Plaidoyer, IV, Œuvres diverses, éd. 1732, p. 43); b) 1730 spéc. « élargissement du champ de signification d'un mot » (DUMARSAIS, Tropes, II, art. 1 ds LITTRÉ); 3. 1770 « essor, accroissement d'importance (d'une institution, d'un commerce...) » (RAYNAL, Hist. Philosophique, éd. Genève, 1780, III, 33, ibid.). Empr. au lat. impérial extensio « étendue, allongement, croissance, amplification » dér. de extendere « étendre, allonger ». Fréq. abs. littér. :693. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 901, b) 690; XXe s. : a) 735, b) 1 365. Bbg. GOHIN 1903, p. 362.

extension [ɛkstɑ̃sjɔ̃] n. f.
ÉTYM. V. 1361; lat. extensio, -ionis, du supin de extendere. → Étendre.
Action d'étendre, de s'étendre; ce qui s'étend.
1 (V. 1560, Paré). Mouvement par lequel on étend un membre (opposé à flexion). || Extension d'un membre, d'un muscle. Allongement, déploiement. || Mouvements d'extension et de flexion. || Extension du buste, du cou. || Mouvement d'extension latérale et horizontale des bras. || Faire un effort d'extension pour décontracter un muscle. Détente, distension.
1 Les jambes (du coureur) allongées, dans l'instant de suspension et d'extension qui suit la détente de la jambe arrière.
Montherlant, les Olympiques, p. 58.
L'extension des ailes d'un oiseau. Envergure, étendue.
(V. 1560, Paré). Didact. Le fait de se développer dans le sens de la longueur. Allongement, croissance, développement. || L'extension d'un fil.Spécialt (par croissance organique) :
2 (…) les os et les autres parties solides du corps, ayant pris toute leur extension en longueur et en grosseur, continuent d'augmenter en solidité.
Buffon, Hist. nat. de l'homme, Œ., t. II, p. 69.
3 (…) lorsque le bouton qui doit former la branche commence à s'étendre, ce n'est qu'une matière ductile qui par son extension devient un filet herbacé (…)
Buffon, Hist. nat. de l'homme, Œ., t. II, p. 69.
Méd. Traction mécanique opérée sur une partie luxée ou fracturée pour la ramener à sa position naturelle. || Après l'opération, on pratiquera l'extension de la jambe à l'aide de poids. || Avoir la jambe en extension.
tableau Lexique de la chirurgie.
Techn. || Résistance des matériaux à l'extension. || Calcul de la résistance à la rupture par extension. || La force résiste mieux à la compression qu'à l'extension. || Certains métaux comme l'or sont susceptibles d'une grande extension. || L'extension d'une matière élastique, d'un objet extensible.
Par métonymie. a Chir. dent. « Segment de prothèse (dentaire), fixe ou mobile, n'ayant pas de point d'appui à son extrémité » (Dict. odontostomatologique, Suppl. no 19, juil. 1967).
b Extension : postiche que l'on fixe sur ses cheveux de manière à les faire paraître plus longs.On dit aussi : extension de cheveux.
2 (V. 1361). Action d'accroître, de donner (à qqch.) des proportions plus grandes, une plus grande étendue dans l'espace; fait de s'étendre, d'occuper l'espace, plus d'espace. Accroissement, agrandissement, augmentation, élargissement, grossissement, prolongement; → aussi les préf. Di-, dis- (divulguer, diffuser…). || L'extension du volume d'un corps. Dilatation. || L'extension d'un sinistre, d'une épidémie. Huile (tache d'), propagation. || Extension territoriale. || Aire d'extension. || L'extension d'un domaine, d'une zone. Arrondissement.
4 L'âme, espandue en toutes les parties du corps et entière en soy, n'occupe point de lieu par extension corporelle.
A. Paré, Œuvres, XV, 52, in Littré.
5 Les foyers d'infection sont en extension croissante. À l'allure où la maladie se répand, si elle n'est pas stoppée, elle risque de tuer la moitié de la ville avant deux mois.
Camus, la Peste, p. 62.
(1770). Fig. Action de prendre plus d'importance, d'ampleur, d'étendre son champ d'action. Expansion. || L'extension de son autorité, de ses pouvoirs. || Donner de l'extension à un commerce. || L'industrie française a pris une grande extension au XIXe siècle. Essor.
6 (…) comme il avait de l'entregent, la maison avait bientôt pris une extension considérable.
Gide, les Caves du Vatican, p. 122.
7 (…) l'équipement de l'humanité (…) créait un débouché, à vrai dire exceptionnel par sa nouveauté, mais qui paraissait susceptible d'une extension indéfinie.
André Siegfried, la Crise de l'Europe, p. 6.
8 Il se plaît à imaginer, avec la liberté de rêve d'un enfant, à quelle extension de sa puissance il devrait atteindre pour agir sur la structure de Paris, pour y tailler et recoudre comme un chirurgien bienfaisant.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. V, XVIII, p. 138.
Ce qui résulte de cette action.
8.1 Le groupe social était une extension de la famille.
Renan, Qu'est-ce qu'une nation ?, Œ. compl., t. I, p. 901.
3 Fig. Action de donner (à qqch.) une portée plus générale, la possibilité d'englober un plus grand nombre de choses. || Extension donnée à une loi, à une clause de contrat. Développement. || Extension de jouissance, de droit.
9 Il est clair que ce sénatus-consulte n'était qu'une extension de la loi Papienne, qui, dans le même cas, avait accordé aux femmes les successions qui leur étaient déférées par les étrangers.
Montesquieu, l'Esprit des lois, XXVII.
4 (Déb. XXe). Log. Ensemble des objets concrets ou abstraits auxquels s'applique un concept (ensemble des objets qu'il peut désigner, dont il est l'attribut), une proposition (ensemble des cas où elle est vraie; par suite, ensemble des hypothèses dont elle peut être la conséquence), une relation (ensemble des systèmes de valeurs attribuées aux termes généraux qui vérifient ces valeurs), d'après Lalande. || Par étendue ou extension d'un nom, on entend la totalité des êtres ou des choses désignés par ce nom (opposé à compréhension ou intension). || Le défini et la définition (cit. 4) doivent avoir même extension. || La notion de jaune a moins d'extension (et plus de compréhension) que cette couleur.
10 (…) les conséquences logiques pouvant être tirées, soit de la compréhension de l'attribut (Pierre est homme, donc raisonnable), soit de l'extension du sujet (tout homme est raisonnable, donc Pierre l'est).
A. Lalande, Voc. de la philosophie, p. 159.
11 Son extension (d'une idée) consiste dans le nombre des objets auxquels elle est appliquée actuellement, parmi tous ceux auxquels elle convient, et dans la manière dont ils sont considérés.
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 135.
(1730). Ling. et cour. Le fait d'acquérir une plus grande extension logique, de s'appliquer à plus d'objets (pour un signe). || Extension donnée à la signification d'un mot (→ Chez, cit. 17). || Ce sens est une extension du sens propre. || L'extension du sens d'un mot peut résulter du passage du concret à l'abstrait, ou de la matière à l'objet fabriqué, ou du signe à la chose signifiée. || Par extension (abrév. : par ext.) : par une application à d'autres objets (opposé à spécialisation). aussi Analogie.
12 Dans cette signification au propre du nom terre, aucun autre corps, quoique terrestre, ne peut être compris (…) Le nom de terre s'est donné par extension à des parties du globe, à des étendues de pays (…)
Voltaire, Dict. philosophique, art. Terre.
13 N'est-elle pas classique encore, où si l'on veut, antique, cette transposition, cette extension du sens des mots (…)
Antoine Albalat, l'Art d'écrire, p. 294.
Math. || Ensemble défini en extension, défini par l'énumération de tous ses éléments.
5 Didact., philos. L'étendue, considérée comme qualité. Étendue (sens premier). || L'extension des corps dans l'espace.
14 (…) l'extension de l'espace ou du lieu intérieur n'est point différente de l'extension du corps.
Descartes, Principes, II, 16.
15 Notre entendement, cédant à son illusion habituelle, pose ce dilemme qu'une chose est étendue ou ne l'est pas; et comme l'état affectif participe vaguement de l'étendue, est imparfaitement localisé, il en conclut que cet état est absolument inextensif. Mais alors les degrés successifs de l'extension, et l'étendue elle-même, vont s'expliquer par je ne sais quelle propriété acquise des états inextensifs.
H. Bergson, Matière et Mémoire, I, p. 53.
CONTR. Amoindrissement, contraction, diminution, rétrécissement. — Flexion. — Compréhension. — Inextension.
DÉR. Extenseur, extensible, extensif, extensionnel.
COMP. Contre-extension.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Extension — • Philosophical term. From Lat. ex tendere, to spread out Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006. Extension     Extension     † …   Catholic encyclopedia

  • Extension — may refer to: * Extension (kinesiology), a movement of a joint in which one part of the body is moved away from another. * Extension (metaphysics), the property of taking up space * Extension (semantics), the set of things to which a property… …   Wikipedia

  • extension — ex·ten·sion n: an increase in length of time; specif: an increase in the time allowed under an agreement Merriam Webster’s Dictionary of Law. Merriam Webster. 1996. extension …   Law dictionary

  • extensión — sustantivo femenino 1. Acción y resultado de extender o extenderse: la extensión de la crisis económica, la extensión de un incendio, la extensión de brazos y piernas. La extensión de la enfermedad es imparable. El monte era un obstáculo para la… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • Extension — (zu lat. extendere ‚ausdehnen, ausweiten‘, bzw. Lehnwort aus dem engl., dann [ɪkˈstɛnʃən]) steht für: engl. hair extension, eine künstliche Haarverlängerung die Streckung eines Gelenkes (z. B. die Aufrichtung der Wirbelsäule), siehe… …   Deutsch Wikipedia

  • Extensión — Saltar a navegación, búsqueda Extensión puede referirse a: Extensión (anatomía), cuando una parte del cuerpo se aleja de otra parte del cuerpo, pivotando en una articulación. Extensión (música), el intervalo entre el sonido más grave y el más… …   Wikipedia Español

  • extension — Extension. s. f. v. Estenduë, Tout corps a extension. on ne peut s imaginer qu il y ait de la quantité, où il n y a point d extension. On dit fig. Extension de privilege, extension d authorité, pour dire, Augmentation d authorité, augmentation de …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Extension — Ex*ten sion, n. [L. extensio: cf. F. extension. See {Extend}, v. t.] 1. The act of extending or the state of being extended; a stretching out; enlargement in breadth or continuation of length; increase; augmentation; expansion. [1913 Webster] 2.… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • extensión — f. Acción muscular en la que dos miembros se alejan hasta disponerse más o menos alineados. Se opone a flexión. Medical Dictionary. 2011. extensión movimiento mediante el cual dos segmentos de …   Diccionario médico

  • extensión — (Del lat. extensĭo, ōnis). 1. f. Acción y efecto de extender o extenderse. 2. Línea conectada a una centralita. 3. Biol. y Med. Preparación para examen microscópico, generalmente de sangre, exudados o cultivos bacterianos, en la que estas… …   Diccionario de la lengua española


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.